AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le petit village des tailleurs d'Ambres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaardën
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 108
Date d'inscription : 30/06/2006


Niveau: Héros
Cristal utilisé: pureté maximale
Fatigue:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Le petit village des tailleurs d'Ambres   Sam 5 Aoû - 20:56:49

Ce petit village connu pour son ambre taillé finement est habité par des gardiens des forêts et êtres des roches de petites tailles. Cette caractéristique étant indispensable pour pouvoir travailler dans l'unique mine productive de la contrée.
Ici les habitants sont d'une rare habilité manuelle pour leurs races.
Il est situé au creux d'une colline et le seul chemin qui y mène est parsemé de petits magasins et stands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cebrus

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 28
Date d'inscription : 10/04/2007


Niveau:
Cristal utilisé: aucun
Fatigue:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Le petit village des tailleurs d'Ambres   Mer 11 Avr - 23:54:01

Cebrus était profondément troublé encore par les révélations du vieux sage. Durant ses journées de retour, il avait longuement songé à cette histoire. A cette révélation, à ces paroles, à cette destinée qui lui avait été dictée par l'ancien de la forêt. Etait-il le descendant de Jesoah? Etait-il ce fameux Centaure qui devait ramener l'unité parmi les tribus de son espèce, et refaire de sa race la plus redoutée des domaines ? Par tous les esprits de la nature, ce qu'il pouvait douter en cette heure. Lui qui avait tant pensé à l'unification de sa race, il n'aurait jamais pensé devoir, un jour, l'unir lui-même. Et il y en avait, du travail. Les trente-trois tribus, chacune constituées de trois familles dirigeantes. Les anciens de chaque famille règnait à tour de rôle, par ordre de décès. Si un Centaure s'interposait, il devait battre les champions de l'opposition, condition sine qua none à partir de laquelle les familles accédaient à sa requête. En cas de litige supplémentaire, une joute verbale et sportive était organisée entre les deux prétendants au règne. Il se voyait mal livrer trente-trois fois la même lutte. A moins qu'il trouve des moyens de rallier les tribus à lui sans combat. Il préférait cela à la loi cruelle et barbabre contemporaine.

Son chemin le mena au village des tailleurs d'ambre des plaines. Un lieu qu'il avait déjà visité à l'aller. Il y buvait de l'eau au puits, installé à l'écart pour éviter la poussière, et s'y entretenait souvent avec les marchands de passage. Ils étaient généralement de sa tribu, et il faisait payer la taxe à quiconque n'était pas Jérovaque et commerçait sur ses routes. Les Jérovaques. Zéru. Il semblait que sa première étape, et son meilleur appui, devait venir de Zéru, son village natal, sa tribu. Il devait se joindre à une caravane et traverser les plaines, de long en large. En chemin, il rallierait les cravaniers et des membres de diverses tribus à sa cause, qui sait, peut-être des tribus entières?

Il ne devait pas rêver. Il devrait lutter contre des tensions intestines et séculières et contre des pouvoirs belliqueux et jaloux pour arriver à ses fins.Il devait se faire une raison. Il devait tater le terrain, se gagner quelques soutiens, et gagner Zéru où il pourrait rallier le plus gros campement de Centaures des domains à sa cause. Une base de choix ouvrant un front à sens unique pour la propagation de ses idées... et pour la guerre si elle devait avoir lieu. En attendant, c'était le puits qui l'intéressait. Les Centaures vivent dans les plaines, principalement, et y trouvent de l'eau en abondance. Ou bien il y avait des puits, ou bien des ruisseaux et des rivières, des lacs. Ils ne prenaient de gourde qu'en cas de traversée de lieux où l'eau était non potable ou rare, comme les mangroves ou le désert. Il traversa donc le village, saluant au passage un vieil être de roche qui lui avait parié qu'il ne reviendrait jamais, et qui, sous son regard de marbre - c'était le cas de le dire, d'ailleurs Laughing - cachait sa surprise et son irritation. Arrivé au puits, au bout d'un chemin en retrait du village, il tira le sceau et, tendant l'oreille, il se dressa bien droit et scruta un massif d'arbres derrière lequel approchait de nombreux trots. Des frères Centaures. Six à huit. Enfin, il pourrait leur parler de son aventure.


16 avril

Six Centaures apparurent bientôt, sortant au trot des fourrés qui les cachait jusque là. Chaque caravanier avait ses petits trucs, ses raccourcis intéressants qui pouvaient lui faire gagner du temps, et de l'argent. L'argent. La richesse était un élément prépondérant de la vie du Centaure. Les Centaures vivent selon une logique tribale très ancienne aux racines obscures, où plus on est riche et fort, plus on est respecté. Il n'y a que très peu de temps, à échelle de l'histoire, que la hiérarchie centaure incorpora le principe de réthorique et d'autres aptitudes intellectuelles dans la mesure de la valeur d'un mâle. Oui, car la société centaure était globalement dominée par les mâles. Certaines tribus considéraient les femelles presque comme des objets. Il était aussi une tribu qui fonctionnait sur un système matriarcal. Les dissenssions en matière de culture étaient énormes entre les tribus, quelles qu'elles soient, ce qui faisait une des difficultés à les unir. Jamais la Valkyre de la tribu Freya n'accepterait de se mêler des affaires des autres tribus sans une raison exceptionnelle, et les autres tribus préféreraient de toute façon voir les têtes des femmes de cette tribu impie sur des pieux.

Le chef de caravane, il le reconnut vite. C'était Hebron, vieux mâle de sa famille, son oncle. Caravanier réputé connaissant des centaines de raccourcis sûrs et rapides au sein de tout le domaine, il s'était taillé une richesse énorme qu'il arborait peu, restant simple, laissant à ses fils proches de la majorité le soin de dilapider leur héritage. Il se plaisait à parcourir ce domaine qu'il connaissait presque par coeur, vendant au village des denrées alimentaires diverses adaptées aux habitants, ainsi que de nombreux objets de conception d'êtres de roches qui remportaient un franc succès auprès des tailleurs de minéral, qui avaient parfois le mal du pays. Une fois ici, il rachetait de l'ambre qu'il revendait au Gouffre et à la cité des roches, avant de repartir dans l'autre sens. Les cinq Centaures suivant Hebron étaient lourdement chargés, mais ne faiblissaient pas. Les Centaures étaient des marchands qui pouvaient se vanter d'être toujours ponctuels et frais pour de nouvelles affaires. Ils firent tous halte, assoiffés, mais aussi légèrement étonnés de voir ici le jeune Centaure qui, disait-on, pourrait un jour être leur chef, et qui gagnait avec le temps en estime et en respect vis-à-vis des siens. Ils le laissèrent se repaître, car nullement friand des émouvantes scènes de retrouvailles, il avai désormais remonté le saut et but une bonne partie avant de le tendre à un des caravaniers. Il se dirigea alors vers son oncle d'un pas calme et, le fixant dans les yeux avec sévérité, il recula soudain le bras sur le côté. Hebron fit de même, et ils se saisirent les poignets, se saluant ainsi avec fierté. C'était une preuve d'attachement très grande chez eux.


Cebrus : " Ravi de te revoir, Hebron, mon oncle. Le voyage t'est-il agréable? "

Hebron : " Ravi de te revoir, Cebrus, mon filleul. Ces voyages sont toujous aussi passionnants pour ma vieille carcasse usée. Mais je suis des plus surpris de te voir en ces lieux, si loin de notre campement de Zéru. Quelle affaire peut-elle t'amener loin des femelles de notre tribu? Ta majorité est entamée, il est plus que temps de te trouver une compagne. "

Le jeune Centaure partit d'un rire bon enfant et leurs visages se détendirent à tous deux.

Cebrus : " Laisse à moi-même le soin de décider de quelles compagnes seront miennes. Et laisse-moi te dire ce qui m'amène en ce village. Bois, et écoute mon histoire. "

17 avril

Hebron attrapa à son tour le sceau qui avait été remplit par un de ses caravaniers et le porta à son visage pour se passer un peu d'eau sur la figure avant de boire le reste du contenu. Cebrus, lui, l'attendit calmement et, une fois son oncle repu, il reprit la parole avec une voix calme mais assurée.

Cebrus : " Te souviens-tu mes réflexions sr notre espèce ? "

Hebron : " Nul au campement ne les connait. Tu en as tant rebattu les oreilles du sage, de ton père et de mes autres frères. Et bien, est-ce cela qui t'a mené ici? "

Cebrus : " J'ai trouvé le vieil ermite dans la forêt. "

Un brusque silence tomba au sein des Centaures, et même les oiseaux s'arrêtèrent pour un instant de piailler et de chanter. Hebron se fit immobile, et Cebrus, bien droit et déterminé, se laissait dévisager. Son attitude n'était pas celle de quelqu'un qui mentait. Il avait vraiment trouvé le vieil ermite qui avait eu droit à sa propre légende. Selon beaucoup, il serait immortel et vieillirait à jamais. Selon d'autres, c'est un Centaure comme les autres qui initie certains visiteurs à son savoir lorsqu'il reçoit la visite d'un mâle correspondant au profil. Cet élève devient alors, à sa mort, l'ermite. Mais ces légendes parlent aussi du fait que l'ermite sait voir ce qui se trouve au fond de l'être, et sait lire la destinée des autres. Et les caravaniers se demandaient bien ce que l'ermite avait pu révéler au jeune guerrier.

Cebrus : " Il m'a dit que je devais de ce pas unir les tribus centaures. Il m'a dit que notre espèce se dirigeait vers une nouvelle ère de ténèbres et que, à défaut de pouvoir l'éviter, je devais tenter de minimiser les pertes pour tous. Il m'a dit que j'étais le descendant de Jesoah, notre premier chef des chefs. Il m'a dit que je devais me mettre en route, et accomplir ma destinée. "

Hebron fut le premier, après un instant de silence profond et de réflexion, à répondre.

Hebron : " Si cela est vrai, filleul, cette nouvelle est grave. Pour toi, et pour nous tous. Ta voie sera difficile et semée d'embuches. Et si les tribus doivent bien traverser un âge sombre, je ne doute pas qu'une guerre éclate bientôt. Ce pourrait être demain, dans une semaine, un mois, voire une année, ou plus encore. Mais il est vrai que les éléments y menant se mettent peu à peu en place. Que vas-tu faire? "

Cebrus : " Je vais rentrer à Zéru de ce pas, et tenter de trouver des compagnons pour propager la nouvelle aux trente-trois tribus. "

Hebron soupira et regarda son filleul d'un air fier et convenu.

Hebron : " Alors je serais du voyage. Attends-moi, nous rentrerons tous deux à Zéru. Le temps de vendre ces pierrailles et d'acheter de l'ambre et nous partons dans deux heures. "

Tous acquiescèrent et s'avançèrent. Ils étaient tous prêts à le suivre. Sept Centaures ralliés à sa cause. C'était peu, mais c'était déjà beaucoup en une fois. Cebrus sentit en lui monter la fierté et l'honneur. Il avait là ses premiers partisans, et des hommes de choix. Demain, Zéru. Bientôt, les tribus. Et il serait le chef. Il le savait, c'était écrit. Au bout d'un instant d'échanges de regards, les Centaures se dispersèrent. Hebron et les siens partirent vers le village, Cebrus resta là, les attendant avant de partir pour Zéru, son campement, son départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolf3112.skyblog.com/
 
Le petit village des tailleurs d'Ambres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon petit village d'hdv 8 ^^
» Dans le petit village de Gake...
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crystal Quest :: Section de jeu :: Domaine Terrestre :: Les Grandes Plaines du centre :: La contrée d'Ambre-
Sauter vers: